barcelone DES MURAILLES | historique
au Modernisme »

Adossée à la colline tel un amphithéâtre, regardant vers la mer et l’avenir, Barcelone a depuis l’euphorie des Jeux Olympiques annoncé un nouveau futur aux allures radieuses la propulsant au rang des grandes villes européennes. Mais c’est bien avant que la ville ai pensé à son extension ou "Eixample" en catalan.

A l’origine, il y avait la muraille romaine, ensuite, pour contenir l’expansion de la cité, on éleva une muraille à l'époque médiévale qui ne résolut pas la croissance de la Cité. En 1854, la ville obtint l’autorisation de détruire cette muraille ce qui lui prendra dix ans.

Barcelone a toujours voulu circonscrire son étendue et marquer ses limites, sans renoncer à s’agrandir. 
La première enceinte fut rectangulaire, la deuxième, octogonale, fut élevée au III ème siècle. 
On en trouve encore des traces dans les rues de la Palla, des Banys Nous et d’Avinyo.
Elle surgit ici et là dans les ruelles sombres, notamment dans la rue du Correu Véll, et s’affirme plus nettement dans les fondations du Palau Reial Major sur la place de Ramón Berenguer III ainsi qu’ à la Casa de l’Ardiaca, devant la Cathédrale.

C’est à partir de 1859 que l’on pensa sérieusement à établir un plan permettant à la ville de s’étendre naturellement jusqu’à absorber les villages avoisinant de Gràcia, Les Corts, Sant Gervasi de Cassoles et San Andreu donnant la physionomie actuelle de l’Eixample.

L’ingénieur Cerdà i Sunyer en sera le maître d’œuvre, dessinant les plans de ce qui sera le tissu urbain actuel dénommé l’Eixample. L’idée étant d’établir des Quadrats entrecoupés par deux grandes artères principales qui peuvent ainsi se prolonger naturellement jusqu’aux flancs des collines. 

Ildefons Cerdà établit un quadrillage rationnel en découpant cinq cent cinquante îlots identiques légèrement octogonaux pour faciliter la visibilité, les "manzanas", pâtés d’habitations, ne devaient pas dépasser les trois étages et l’intérieur devait en être aéré par des espaces verts. La première pierre du premier immeuble fut posée en 1861.

Le quartier sera divisé en deux zones socialement opposées : la esquera (gauche) de l’Eixample regroupant les ouvriers, artisans et commerçants et la dreta (droite) celle de la bourgeoisie qui donnera libre cours, vers les années 1900, à la folie moderniste, créant ainsi une atmosphère urbaine, un état d’esprit et un courant inventif; un concentré d’Art nouveau français et de Jugendstil munichois, mais là encore, Gaudí reste l’exception, finalement le moins moderniste de tous, mais le plus audacieux sans doute !

 

 
Slide 3

Parc Guell

Slide 4

Parc Guell

Slide 4

Parc Guell

Slide 4

Parc Guell

Slide 4

Parc Guell

Example Frame

 

au Modernisme » Le Passeig de Gràcia, pouls économique et centre névralgique de l’Eixample, est un concentré d’édifices modernistes, de maisons particulières et d’institutions. A l’origine, cette avenue était un chemin de terre reliant les murailles de Barcelone au village de Gràcia. Elle subit sa première transformation en 1827 pour en devenir une promenade et en 1852 s’y ajouteront les premiers lampadaires à gaz et l’installation du premier tramway à cheval en 1872. C’est à partir de 1890 que la bourgeoisie s’y installa pour en faire le quartier résidentiel le plus huppé de Barcelone, symbole actuel de la réussite catalane.

Remarque: Vous trouverez sur le Passeig de Gracia une borne, point de départ assez symbolique du mouvement Moderniste avec l’inscription: "km 0 de la route européenne du Modernisme".
 

 

 

  Copyright © 2011-2018 - Europelink.eu - All Rights Reserved | Mentions légales