01. Géographie

Géographie

Elle doit son nom du navigateur génois Lancelotto Malocello qui y accosta au XIVè siècle et y séjourna pendant vingt ans. Lanzarote fait partie de l’archipel des Canaries et se situe au nord de l’île de Fuerteventura, à 125km de la côte africaine. L’île s’étire sur 60km de longueur et 35km de largeur. En 1993, l’île a été déclarée réserve de la biosphère par l’Unesco.

02. Typographie

Typographie

C’est la moins montagneuse de l’archipel des Canaries avec comme point culminant, Las Penas del Charche, qui atteint 671m. L’île aux 300 cratères, n’a plus de volcans en activité mais on peut y observer des phénomènes géothermiques, notamment dans le parc national de Timanfaya. Les deux dernières éruptions de Timanfaya (parc national) ont eu lieu en 1730-1736 et en 1824, elles transformèrent profondément le paysage de la partie Sud-Ouest de l’île.

03. Biosphère !

Biosphère !

En 1993, l’île a été déclarée réserve de la biosphère par l’Unesco. L’exploitation des salines constitua au XIXè siècle une ressource importante pour les îliens. La découverte d’amphores a permis d’avancer l’hypothèse de la présence de Phéniciens et de Romains avant l’ère chrétienne. Au nord, l’île de La Graciosa, d’une superficie de 28km2, fait partie de l’archipel de Chinijo. Elle compte environ 700 habitants, répartis sur deux villages rythmés par la pêche et le tourisme.

César Manrique

Utopie d'un monde préservé !

Natif de Lanzarote, Manrique naquit en 1919 à Arrecife. L’architecte, sculpteur et peintre était aussi un visionnaire en matière d’environnement et d’écologie. Après avoir passé quelques années en Espagne et un séjour à New York, Manrique revient en 1966 sur sa terre natale où il rencontre José Ramírez, président du gouvernement des Canaries, avec qui, il œuvrera afin d’élaborer des normes architecturales strictes pour préserver l’identité culturelle et paysagère de l’île. Il parvient non sans difficulté, à imposer que les maisons soient blanches aux volets verts, couleurs traditionnelles et à bannir les panneaux publicitaires sur toute l’île afin de préserver les sites naturels de toute pollution visuelle.

Manrique ne mettra pas moins de 20 ans pour transformer ce paysage minéral en un modèle écologique et durable, tout en tenant compte du tourisme, source essentielle au développement de l’île. C’est ainsi qu’en 1993, Lanzarote deviendra Réserve de la biosphère par l'Unesco.

En 1968, Il achète un terrain, où plutôt un champ de lave de 30 hectares à Taro de Tahiche pour une bouchée de pain et y construit sa maison-laboratoire intégrant des couloirs de lave, dans un esprit seventies. Par la suite, il intervint sur différents chantiers pour y créer des œuvres associant nature, architecture, et art.

Vers la fin des années 1970, Manrique fera face aux politiques et promoteurs qui ne cessent de grignoter la façade maritime ouest de l'île pour y développer à grande échelle un tourisme de masse, sans règles d’intégration paysagère. En 2009, moins de vingt ans après sa disparition en 1992, suite à un accident de voiture, l'Unesco menaçait de retirer son label de Réserve de biosphère face à la prolifération des hôtels. Sur les 12 000 lits que compte l'île, 8 000 sont illégaux !

Jameos del Agua

Le volcan de la Corona entra en éruption il y a entre 5000 et 3000 ans. S’en suivit un phénomène géologique unique, un tunnel de lave de 6 km, trait d’union entre le cône volcanique et l’océan, qui donnera naissance à un lac intérieur. A partir de 1966, ce lieu sera aménagé par Manrique et organisé en trois jameos (mot d’origine guanche). C’est par un escalier que vous parviendrez au jameo Chico, ensuite vous atteindrez la grotte où sommeille un lac souterrain naturel aux eaux salées, d’une clarté inouïe. Dans ce lac, surnommé le « lac bleu », vivent de minuscules crabes, devenus transparents et aveugles suite à la privation de lumière pendant des milliers d’années.

A la sortie, vous déboucherez sur le jameo Grande, un espace où miroite une piscine d’une blancheur immaculée, entourée de palmiers et d’une végétation touffue. Vous découvrirez l’auditorium de 600 places à l’acoustique surprenante. La Casa de los Volcanos, est dédiée à l’étude des volcans.

Mirador del Rio

Avant tout, assurez-vous que la météo soit avec vous ! Vérifiez que la brume soit levée car, dans le cas contraire, on ne vous laissera même pas accéder au site, faute de visibilité. Manrique y édifia en 1969, un mirador intégré dans la roche, sorte de coquille de style seventies. En accédant au belvédère, surplombant le vide à 474m au-dessus du niveau de la mer, le vue est imprenable sur l’île de La Graciosa.

Manifiesto por la sostenibilidad / Manifeste pour le développement durable (español / français)

La Fundación César Manrique

fut aménagé dès son retour de New-York dans ce lieu improbable et insolite à Taro de Tahíche

L'artiste a modelé la lave au gré de son inspiration. Lieu de vie et œuvre d'Art s'ouvrant sur l'horizon

Adresse : C/ Jorge Luis Borges, 16. Tahíche, 35507. Lanzarote

Cesar Manrique