L’Eixample

Le Modernisme

À partir de 1859, un plan a été élaboré qui permettait à la ville de s'étendre naturellement pour absorber les villages voisins de Gràcia, Les Corts, Sant Gervasi de Cassoles et San Andreu, qui formeront la forme actuelle de l'Eixample.

L'ingénieur Cerdà i Sunyer fut le maître d'œuvre, concevant des "quadrats" entrecoupés par deux artères principales qui s'étendaient naturellement jusqu'aux flancs des collines, donnant naissance à l'actuel "Eixample". Le quartier était divisé en deux zones socialement opposées : l'esquera (à gauche) regroupait les ouvriers, les artisans et les commerçants. La dreta (à droite) était destinée à la bourgeoisie qui, dans les années 1900, a donné libre cours à l'engouement pour le modernisme, créant un état d'esprit et un courant inventif avec une concentration d'Art nouveau français et de Jugendstil munichois.

Ildefons Cerdà a établi une grille rationnelle en découpant cinq cent cinquante blocs identiques, légèrement octogonaux, pour faciliter la visibilité. Les "manzanas", blocs de maisons, ne devaient pas dépasser trois étages et l'intérieur devait être ventilé par des espaces verts. La première pierre du premier bâtiment a été posée en 1861.

Le Passeig de Gràcia, centre névralgique de l'Eixample, concentre des bâtiments modernistes, des maisons privées et des institutions. À l'origine, l'avenue n'était qu'un chemin de terre reliant les murailles de Barcelone au village de Gràcia. Elle a subi sa première transformation en 1827 pour devenir une promenade. En 1852, les premiers lampadaires à gaz font leur apparition et en 1872, le premier tramway à chevaux est installé. À partir de 1890, la bourgeoisie s'y installe, ce qui en fait le quartier résidentiel le plus exclusif de Barcelone. Remarquez les lampadaires de Gaudí entourés de bancs de Falqués.

Remarque : Sur le Passeig de Gracia, une borne marque le point de départ plutôt symbolique du mouvement moderniste avec l'inscription : "km 0 de la route européenne du modernisme".

Puig i Cadalfalch (architecte, historien et théoricien) a davantage apporté un état d'esprit qu'une tendance véritablement inventive. Il a emprunté aux différents courants de l'Art nouveau pour créer un style personnel qui répondait aux critères sociaux et prétentieux d'une bourgeoisie toujours à la recherche d'un style précurseur. La fin du modernisme dans les années 1920 annonce une nouvelle tendance : le Noucentisme et l'Avant-gardisme, dont l'architecte Rafael Maso est le précurseur.

Lluis Domènech i Muntaner et Josep Puig i Cadafalch ont largement contribué à la diversité du modernisme. C'est Domenech i Montaner qui a lancé le premier l'idée d'une architecture nationale dans son manifeste de 1878.

Le résultat fut la maison d'édition Montaner i Simón (1880 - 1886) dans la rue d'Aragó, conçue à l'origine comme un palais en briques rouges et poutres d'acier. Un siècle plus tard, Antoni Tàpies y installera sa Fondation. Une autre de ses œuvres se trouve dans la rue Montsió, "Els Quatre Gats", un bar moderniste installé dans la Casa Martí (1895-1896), œuvre de Puig i Cadafalch.

De Dali à Gaudi, de Cadaquès à Barcelone

La Catalogne se distingue par ses différents courants artistiques et culturels, témoins de l'identité d'un peuple et d'une région à l'avant-garde de la scène espagnole.

Barcelone est un creuset culturel animé, réputé pour sa vie nocturne, ses plages, les Ramblas et son patrimoine architectural, très représentatif de la ville des prodiges.

(1849-1923)

Lluis Domenech i Montaner

Historien et architecte diplômé en 1873, il a été professeur à l'école d'architecture de Barcelone dès sa fondation en 1887. Parmi ses œuvres majeures figurent le Palau de la Musica et l'hôpital de San Pau.

(1852-1926)

Antoni Gaudí

est né à Reus (Tarragone) dans une famille de chaudronniers de père en fils, où l'observation du travail du cuivre au marteau a sans doute nourri son imagination. Ce chef de file du modernisme et architecte hors pair mettra en pratique de nouvelles techniques qu'il associera à un style très novateur.

(1867-1956)

Josep Puig i Cadafalch

Architecte moderniste qui a construit, entre autres, Els 4 Gats, Casa de les Punxes et Casa Amatller.

Sagrada Familia

Adresse : Carrer Mallorca, 401
Le Templo Expiatorio de la Sagrada Familia

Le Templo Expiatorio de la Sagrada Familia a été construit en 1883 par Gaudí. Il y a consacré 43 ans de sa vie et il reste inachevé. Construit sur une ancienne crypte néo-gothique, Gaudí a prévu douze tours pour les apôtres, quatre pour les évangélistes, une pour la Vierge Marie et une autre tour s'élevant à 170m symbolisant le Christ.

Après sa mort dans un accident de tramway en 1926, Gaudí n'a construit que l'abside avec la façade de la Nativité, achevée en 1917 et inspirée de l'Ancien et du Nouveau Testament. Elle est décorée d'anges, d'animaux de l'arche de Noé et de motifs végétaux, ainsi que de l'un des clochers. Les quatre autres pinacles des clochers ont été achevés après sa mort par ses plus proches collaborateurs. Depuis la fin de la guerre civile, l'achèvement du temple fait l'objet de controverses en raison de l'absence de dessins et de maquettes.

Le 7 novembre 2010, le pape Benoît XVI a consacré l'œuvre inachevée de Gaudí en tant que basilique (il existe déjà une cathédrale à Barcelone). Le projet pourrait être achevé en 2026, cent ans après la mort de l'architecte catalan. Le style indéfinissable a depuis échappé à l'esthétique de base de son créateur, le rendant imperméable à l'architecture contemporaine.

Réservez en ligne et vérifiez la disponibilité des places sur : Barcelona Tickets
Visionnez l’intérieur de la Sagrada Familia avec Google Street View

La Casa Milà

également connue sous le nom de "La Pedrera"

Une œuvre d'art majeur, construit entre 1906 et 1910 par l'architecte catalan Antoni Gaudí

Œuvres majeures

La Casa Milà
La Casa Batlló
La Casa Amatller
Fundació Antoni Tàpies
La Casa Lleó i Morera
La Casa Vicens
L'hospital de la santa creu i sant pau
Tibidabo
Le Palau-Güell
Le Park Güell

Il a dit...

« La structure qui sera celle de la Sagrada Familia, je l’ai essayée d’abord pour la Colonie Güel. Sans cet essai préalable, je n’aurais jamais osé l’adopter pour le Temple (Sagrada Familia). »

Pour qu’une œuvre d’architecture soit belle, il faut que tous les éléments possèdent une justesse de situation, de dimensions, de formes et de couleurs.

Antoni Gaudí i Cornet

Localisation sur Google map des centres d'intérêts sur le Modernisme à Barcelone.